• Bien choisir sa selle de cheval

Bien choisir sa selle de cheval

Votre selle sera la pièce maitresse de votre équipement d’équitation, son choix se révèle donc primordial. Elle devra s’adapter aussi bien à votre cheval, qu’à votre pratique et votre physiologie. De nombreux autres éléments peuvent rentrer en compte, le type, la taille, la matière en sont quelques exemples.

La discipline

Chaque discipline possède ses particularités. Il est important de choisir la selle qui répond au mieux à votre pratique. Il faut différencier en premier lieu l’équitation classique et l’équitation western qui de par leur pratique et leur selle se distingue grandement.

En équitation classique, il est possible d’opter pour une selle mixte, elle permettra de pratiquer presque toutes les disciplines mais montrera ses limites dès lors que vous souhaiterez vous spécialiser et progresser dans une discipline.

Voici donc les principaux types de selles :

Dressage : Favorisant la descente de jambe ainsi que sa bonne assise elle posséde de longs quartiers, des taquets avants rallongés et renforcés et une assise creuse.

Saut d’obstacles : Garantissant l’équilibre et la stabilité, la selle sera plus courte qu’en dressage et présente un siège plus plat ainsi que des quartiers avancés et plus courts au détriment du confort pour des pratiques longues assises.

Cross : Permettant au cavalier de varier ses équilibres à l’abord des obstacles et de garantir une bonne stabilité, la selle est beaucoup plus plate et les quartiers sont plus avancés. Pour obtenir une assise très proche du cheval les selles de cross sont presque systématiquement monoquartier.

Randonnée : La selle de randonnée doit offrir une importante surface de portage et un grand confort aussi bien pour le cavalier que pour la monture. Elle aura donc des quartiers et des etrivieres assez longs qui se portent vers l’avant avec un siège généralement creux. Elles sont typiquement équipées d’anneaux qui permettent d’accrocher les sacoches pour des randonnées de plusieurs jours

Western : La selle western est une selle de loisir par excellence, elle offre un confort important, de nombreux points d’attache et une importante surface de portance tout à fait adaptée pour une pratique occasionnelle, une équitation de randonnée ou de loisirs. La position des jambes est portées plus vers l’avant et l’assise plus vers l’arrière du siège qu’en équitation sportive. Pour les pratiquants aguerris, tournez-vous vers les selles spécialisées dans les disciplines western qui auront des caractéristiques particulières adaptées à leur discipline.

En plus de ces principaux modèles de selles

Les selles australiennes : Elles sont assez proches dans l’assise des selles western.
Les selles ibériques : Elles sont utilisées principalement pour le dressage de haute école.


Les selles bardettes ou à crû : Elles sont spécialement destinées aux enfants débutants sur un poney.

A ces grandes familles de selles s’ajoutent des selles plus rares comme :

        • les selles camarguaises (mélange de selle ibérique et de selle australienne) ;
        • les selles d’amazone pour la monte non plus à califourchon mais avec les deux jambes d’une seul côté ;
        • les selles Mc Lehan (selle d’armée pour la randonnée) ;
        • les selles sans arçons pour adultes, …

La matière

Le choix se fera entre le cuir et le synthétique. Voici un récapitulatif des avantages et inconvénient de chacun.
Le synthétique : Entretien, Prix, Poids, Esthétique
Le cuir : Adaptation au cheval, Esthétique, Robustesse, Entretien, Prix
Le choix réside donc principalement dans l’utilisation que l’on souhaite faire de sa selle :
        • pour un usage régulier ou intensif une selle cuir s’impose ;
        • pour un usage occasionnel une selle synthétique suffira amplement

La taille

Le choix de la taille de la selle dépend à la fois de la corpulence du cavalier ainsi que de celle du cheval.
 L’enjeu étant de garantir le confort de l’un et de l’autre avec une selle équilibrée, c’est à dire qui place correctement le centre de gravité du cavalier.
Selon les types de selles, les tailles sont exprimées de façon différente.
Il existe une technique, à la portée de tous, pour connaître la taille du siège de la selle qui peut convenir.
Il faut s’asseoir sur une chaise normale, en gardant le dos appuyé contre le dossier et les pieds bien à plat. Avec un mètre, il faut mesurer la distance entre la rotule et le pli de l’aine.
Ensuite, il suffit, le cas échéant, de convertir cette mesure en pouce afin de trouver la correspondance en taille de selle.

Le siège doit offrir un espace d’assise confortable mais pas trop important afin que la position du cavalier soit la plus stable possible.



Pour les selles anglaises par exemple, les tailles varient de 15 pouces pour les petits poneys à 19 pouces pour les chevaux de trait. Les graduations sont par ½ (16, 16,5, 17, 17,5, 18, 18,5 et 19).

Pour les selles américaines, les tailles sont exprimées de façon différente.

Les selles américaines pour les shetlands sont par exemple en 13 pouces tandis que la selle adulte est généralement en 16 pouces.



La forme du garrot est également à surveiller lorsque l’on choisit une selle. Si la plupart des selles conviennent à 99 % des chevaux, quelques chevaux ou poneys à garrot saillant ou garrot fort devront être équipés d’une selle spécifique.




Taille des quartiers :
 Les quartiers doivent accueillir la jambe déployée ou pliée selon la discipline. Si vous êtes très grand ou à l’inverse très petit, la taille des quartiers standards peut ne pas vous convenir.



Taille de l’arçon :
 La taille de l’arçon dépend de la morphologie du cheval au niveau du garrot, des épaules et du dos.
Pour les chevaux ayant :


        • un garrot très proéminent qui est souvent blessé ou au contraire presque absent qui n’empêche pas la selle de tourner
        • des épaules très développées qui ont besoin d’espace pour s’employer ou au contraire très fines

L'équipement

Les selles peuvent être vendues équipées ou non. Cela signifie que l’équipement est composé des étrivières (courroies portant les étriers) et les étriers. Elle est prête à l’emploi.



Généralement, la sangle n’est pas fournie avec la selle. Sa longueur peut de fait être très variable selon la corpulence du cheval ou du poney.



Il peut aussi être intéressant de vérifier si une housse de selle est fournie avec ou non.

Le prix

Le prix des selles varie selon plusieurs critères :
        • la taille de la selle : logiquement plus elle est grande plus il y a de matière plus elle est chère
        • le modèle : selon le type de selle, la qualité des décorations et de la renommée du sellier, le prix variera
        • la marque : pour une selle de grande marque les prix peuvent rapidement grimpés à plus de 1 500 euros
        • la matière : les selles en cuir sont toujours beaucoup plus chères que les selles en synthétique
        • la qualité de l’arçon : L’arçon représente le squelette de la selle, c’est lui qui permet de garantir le confort et la sécurité au cheval comme au cavalier. Selon la matière, les arçons peuvent se limiter à un poids supporté de 60 kg alors que d’autres selles plus haut de gamme grimpent jusqu’à 150 kg

Bien choisir sa canne à pêche

Les carnassiers se composent généralement de brochets, sandres, perches, silures et black-bass. Ces espèces se pèchent dans les fleuves, les rivières, les lacs et les étangs.
Pour pouvoir assurer une bonne partie de pêche, il vous faudra vous munir d’une canne à pêche spéciale carnassier. Bien sûr, il y a d’abord le choix de la technique de pêche qui définira le modèle de canne à utiliser mais quelle que soit la technique de pêche que vous allez adopter, certains éléments communs permettront de définir la canne idéale.

La longueur

La pêche aux carnassiers est une pratique qui nécessite une canne plutôt spécifique. En ce qui concerne la longueur de la canne, celle-ci dépendra de l’environnement.

Mais avant de détailler les différentes longueurs envisageables parlons de la qualité de la canne. Une canne monobrin permettra de maximiser les qualités des matériaux utilisés. Une canne multibrin pourra être un bon compromis si les éléments utilisés pour les raccords sont bons, privilégiez les spigots. Une canne télescopique sera le pire des cas concernant la sensibilité de la canne.

L’avantage d’avoir une canne à pêche pour carnassier longue est de bénéficier d’un bras de levier important pour des lancers lointains mais également de pouvoir pêcher confortablement au bord par-dessus la végétation Il faut une longueur de 4m au minimum.

Les tailles intermédiaires de 2m à 3m s’adapteront parfaitement à la pêche itinérante au lancer et celle de 3m à 3m50 aux pêches lentes au ras du substrat (mort manié, tirette …). Les cannes inferieures à 2m permettront quant à elle de pratiquer la pêche en bateau ou bien dans des environnements encombrés en facilitant des lancers plus courts et répétés.

L'action de la canne

Différents types d’action de canne existent sur le marché. Mais qu’est-ce que « l’action » ? Il s’agit de la courbure de la canne quand elle va être mise en contrainte :

Action de pointe ou appelée FAST : la canne ne plie qu’au niveau du scion. Idéale pour les pêches précises aux leurres souples.

Action progressive ou modérée ou appelée Regular Fast : la canne se courbe environ jusqu’au milieu du blank. C’est un bon compromis ces cannes s’adapte à plus ou moins tous types de pêche. Idéal pour débuter aux leurres.

Action parabolique ou slow ou appelée Regular : Elle se plie sur la totalité de la longueur, ces modèles tendent à disparaitre.Parfait pour les pêches aux leurres durs comme les crankbaits.

La puissance de la canne

La puissance de la canne doit être choisie avec précision.
Posez-vous les bonnes questions au départ : quel leurre et quel carnassier ? De l’appât dépendra le poisson visé. Il peut être intéressant de posséder plusieurs modèles selon la pêche que vous allez pratiquer.

La puissance d’une canne est catégorisée selon le poids de l’appât :
        • UL comme Ultra Léger : 0,5 à 7g
        • L comme Light: de 3 à 15g
        • ML comme Medium Light: de 5 à 20g
        • M comme Medium: de 10 à 30g
        • MH comme Medium Heavy: de 15 à 40g
        • H comme Heavy et XH pour encore plus lourd: de 20 à 60g à plus lourd

La puissance passe partout est medium et vous permettra de couvrir la plupart des utilisations. La puissance light visera des poissons de tailles plus modestes tels la perche.

Les cannes à pêche pour sandres sont celles en ML et M, c’est-à-dire une canne d’une puissance de 5-20g ou de 10-30g.

Pour la pêche du brochet et du sandre, équipez-vous d’une canne M, MH, H pour les big baits ou XH pour les plus gros swim baits. Celles-ci peuvent donc être comprises entre 10 à 60g et plus.

La technique

La pêche au vif : Est sûrement la technique la plus traditionnelle pour traquer les poissons carnassiers. La canne à pêche pour carnassier au vif est généralement de 3,30m à 5m avec une puissance de 20g à 150g selon l’appât.

La pêche au lancer : Pour cette technique de pêche très répandu, il faut avoir une canne allant de 1,80m à 3,80m selon l’environnement. Les cannes à pêche au lancer pour carnassiers plus longues vous offrirons un bras de levier plus important et ainsi des lancers plus lointains. Pour ce qui est de la puissance, privilégiez une puissance MH ou H.

La pêche à la verticale : De plus en plus pratiquée par les pêcheurs, la technique de la pêche à la verticale consiste à pêcher depuis un bateau les poissons carnassiers verticalement avec des leurres. La canne est plus courte, légère et très sensible. Elle mesure environ 2m avec une puissance M.

Bien choisir la matière de son VTT

Avant de passer en revue les avantages de chacun, il faut tout d’abord se poser la question de votre pratique.

Combien de sorties faites-vous par semaine ? De quelle durée ? Quelle discipline pratiquez-vous et sur quel terrain. Souhaitez-vous ou avez-vous besoin de suspensions ? Avec quel débattement ? Autant de question à se poser pour choisir le vtt qui vous correspond.

Carbone ou aluminium

Il s’agit bien entendu du matériau du cadre de votre futur vtt.
Le carbone a certes des avantages. Il est plus léger et plus rigide que l’aluminium mais il est également plus cher ! Sa rigidité le fait paraitre moins confortable. Mais le gros avantage est qu’il absorbe les vibrations et qu’il se déforme moins. Lors du pédalage votre cadre se déforme mais avec le carbone beaucoup moins. C’est un très gros avantage pour votre futur vtt. L’énergie que vous produisez en pédalant sert à faire avancer votre vélo mais elle se dissipe également dans la déformation de votre cadre. Donc un vtt en carbone sera plus rigide, plus efficace et aussi plus léger.

Vous l’aurez deviné l’aluminium est donc plus lourd, plus souple et surtout moins cher. A priori, un cadre en aluminium peut paraître plus confortable. Mais l’aluminium pèche sur ce point, en effet il n’absorbe pas les vibrations et surtout il les diffuse en les résonant. Il faut également s’attacher aux compositions de l’alliage d’aluminium avec des propriétés différentes un peu différentes pour chaque alliage.

On pourrait donc dire que l’aluminium est donc à privilégier pour une utilisation peu intensive et que le carbone assure un meilleur rendement et de meilleures performances mais tout ceci est à pondérer selon votre pratique, en cross country, le carbone est indispensable pour rouler plus vite mais pas en enduro ou descente.

Les performances peuvent vous faire pencher vers le carbone mais au-delà du poids, de la rigidité il faut prendre en compte le comportement global du vélo. Cela dépendra du cadre bien évidemment, de sa géométrie, des éventuels systèmes de suspensions et également du poids et la rigidité des roues de votre futur vtt.

Si vous hésitez encore, contactez-nous directement

Sign In

Register

Reset Password

Please enter your username or email address, you will receive a link to create a new password via email.